Macrocéphales

MacrocephaleNBModifier le corps des gens et espérer transmettre ce changement aux générations suivantes: l’idée a déjà traversé la tête de penseurs grecs de la période classique.

Ce crâne, exposé au Musée d’Ethnographie de Genève, provient d’Amérique du Sud. L’individu a été trépané; de plus, on a allongé son crâne par la pose de bandelettes qui ont progressivement déformé la tête. Le second procédé rappelle immédiatement celui décrit par le médecin grec Hippocrate dans un traité intitulé Airs Eaux Lieux (fin du Ve s. av. J.-C.). Il s’agit des fameux Macrocéphales.

Les Macocéphales sont un peuple asiatique où l’on pratique aussi la pose de bandelettes pour allonger les crânes des enfants. Au fil des générations, toutefois, l’intervention n’est plus nécessaire car, nous dit Hippocrate, les enfants naissent spontanément avec un crâne allongé. Autrement dit, une caractéristique acquise deviendrait innée (voir Hippocrate, Airs Eaux Lieux 14.1-2).

À une époque où l’ADN restait inconnu, la chose semblait facilement acceptable. Ainsi par exemple, les descendants du héros Pélops portaient, disait-on, une marque sur l’épaule qui rappelait un épisode douloureux: Pélops avait été découpé en morceaux et servi par son père Tantale en ragoût aux dieux , afin de mettre à l’épreuve leur omniscience. Reconstitué à grand peine, Pélops avait retrouvé un aspect normal, à l’exception de son épaule (Déméter l’avait dévorée par mégarde). On avait donc remplacé l’épaule manquante par une prothèse en ivoire, la première prothèse de l’histoire! L’épisode aurait donc, selon la tradition, laissé des traces dans la descendance de Pélops, sous la forme d’une tache de naissance sur l’épaule (voir les scholies à Pindare, Olympique 1.40).

Le philosophe Aristote a également fait écho à l’idée selon laquelle une intervention humaine sur le corps pouvait se transmettre et devenir en définitive une caractéristique innée. Il mentionne notamment le cas d’un homme qui avait un tatouage sur le bras; son fils n’avait rien, mais son petit-fils serait né avec une tache noire – certes moins nette – au même endroit (voir Aristote, Histoire des animaux 7.6 [585b – 586a]).

Pour revenir à Hippocrate, il est l’un des initiateurs du débat sur la différence entre l’acquis et l’inné. À son époque, on parle plus volontiers de nomos et de physis (convention / nature).

[Image: crâne de Macrocéphale en provenance d’Amérique du Sud. Musée d’Ethnographie de Genève]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s