Ptolémée l’Adultère

Une nouvelle source de renseignements sur Aristote, cela n’arrive pas tous les jours. Un manuscrit arabe nous livre de précieuses information sur le philosophe.

  • Chériiiiie, je m’ennuie !
  • Vraiment, mon chou ? Toi qui as une existence si riche et trépidante, tu ne sais pas que faire ?
  • J’en ai assez : entre le fou qui mène une guerre que l’on n’a pas le droit de nommer, l’autre fou que ses concitoyens ont élu pour éviter la folle, et les ruptures de stock de ma bière préférée, je suis désespéré. En plus, la saison du hockey touche à sa fin. Allez, distrais-moi, parle-moi d’autre chose !
  • Tiens ! Je ne savais pas que notre contrat de mariage comportait une clause de distraction pour les maris désœuvrés…
  • Pitié ! Je suis même prêt à affronter un de tes vieux bouquins grecs à moitié moisis.
  • Voilà un argument qui convaincrait la femme la plus réticente. En fait, j’ai mieux : un livre flambant neuf, que je viens d’acquérir. As-tu déjà entendu parler de Ptolémée l’Adultère ?
  • Humpf ! Et toi, tu sais qui est Otso Rantakari ?
  • Très drôle. Bon, Ptolémeé l’Adultère, c’est une traduction de l’arabe : on l’appelle aussi Ptolémée al-gharīb. Le livre dont je te parle a d’abord été écrit en grec, puis il a été traduit en syriaque, et enfin en arabe. On ne possède que la version arabe, dans deux versions : la première, conservée à Istanbul, est quasiment inutilisable ; mais une seconde version, retrouvée à Qom, en Iran, a permis de mettre de l’ordre dans un texte absolument fascinant.
  • Par la barbe d’Aristote ! Je suis déjà perdu… Allez, je sacrifie ma dernière cannette pour accompagner ta conférence. Le canapé me tend les bras, tu peux continuer.
  • J’essaie une approche plus simple : le plus souvent, les spécialistes de la philosophie grecque ne savent pas l’arabe. Or il y a un savant installé à Paris – il s’appelle Marwan Rashed – qui en connaît un bout sur les philosophes grecs, et en plus il sait l’arabe. C’est lui qui a repéré un manuscrit arabe qu’on avait un peu oublié dans une bibliothèque en Iran.
  • Eux aussi, ils ont des vieux livres moisis ?
  • Si tu veux. Mais dans ce cas précis, ce manuscrit nous a livré des informations d’une teneur exceptionnelle : sous la forme d’une lettre envoyée à un certain Gallus, l’auteur nous a conservé une vie d’Aristote, le testament du philosophe, ainsi qu’une longue liste de ses œuvres.
  • On ne savait pas ce qu’Aristote a écrit ? Bizarre : il me semble que ce brave homme prend pas mal de place sur les rayons de notre chambre à coucher…
  • Tu as raison, nous possédons un grand nombre de traités d’Aristote ; mais ce n’est là que la pointe de l’iceberg. La liste nous fait découvrir des titres d’œuvres qui ne nous sont pas parvenues. Tiens, par exemple : savais-tu qu’il a écrit un traité sur le Nil, ou un autre sur la vie et la mort ?
  • Pour être franc, ma liste de lectures s’est arrêtée à Petzi au Pôle Nord, Tintin au Tibet et Astérix gladiateur.
  • C’est dommage, car tu pourrais aussi t’intéresser au testament d’Aristote.
  • Mais comment vas-tu faire pour me le lire, puisqu’il est écrit en arabe ? Tu viens d’apprendre l’arabe ce matin, en prenant ta douche ?
  • Mais non, gros nigaud : il y a une traduction française. Donc, une fois n’est pas coutume, oublions le grec et concentrons-nous sur la version française. J’espère que Marwan Rashed me pardonnera de lui piquer sa traduction. Au moins, ça lui fera un peu de publicité. Allez, écoute ce petit extrait, où Aristote, dans son testament, prévoit les choses pour sa fille.

Quand ma fille sera nubile, que Nicanor en dispose. S’il se produisait qu’elle en vienne à mourir avant de se marier ou après son mariage sans qu’elle n’ait d’enfant, ce qui la regarde revient à Nicanor, ainsi que ce qui regarde mon fils Nicomaque, et le testament que je lui adresse est qu’il agisse en cela comme cela serait souhaitable et convenable d’un père ou d’un frère.

  • C’est un peu difficile à comprendre…
  • Bien sûr, le texte grec est passé par la double moulinette du syriaque et de l’arabe. Mais tu auras remarqué que le grand philosophe Aristote, maître d’une école, s’occupe ici des affaires de sa famille. Ce qui paraît encore plus intéressant, c’est la manière dont il règle les choses pour une fidèle servante, Herpyllis.

Que les exécuteurs (testamentaires) et Nicanor respectent ma parole envers Herpyllis, car elle mérite cela de moi, pour ce que j’ai pu constater de sa prévenance à mon égard, de la façon dont elle m’a servi, pour ses efforts eu égard à ce qui m’agréait, et qu’ils veillent à ce qu’elle ait tout ce dont elle a besoin. Si elle souhaite se marier, qu’elle ne soit confiée qu’à un homme de bien. (…) Si elle souhaite séjourner à Chalcis, qu’elle ait pour logement, dans ma maison, la maison d’hôte du côté du jardin. Mais si elle souhaite avoir son logement en ville à Stagire, qu’elle loge dans la maison de mes pères.

  • Un chic type, cet Aristote ! Mais enfin, tu causes, tu causes, et je n’ai pas que ça à faire que de t’écouter : il va y avoir le téléjournal, je veux savoir ce qui se passe du côté du fou qui fait la guerre, et je dois m’assurer que le fou nouvellement élu ne va pas faire de bêtises. Ah ! c’est qu’on ne s’ennuie jamais quand on s’occupe des affaires du monde !

Une réflexion sur “Ptolémée l’Adultère

  1. C’est une beau signe de vie que les éditions des Belles Lettres continuent à publier, malgré la concurrence d’éditions électroniques comme les Hodoi elektronikai et de divers sites. Peut-on devenir plus sage et moins fou en fréquentant les philosophes grecs, Socrate, Aristote et Platon? Ce serait souhaitable, mais le résultat n’est pas assuré.

    L’article de blog précédant présentait ce qu’on appelle un clin d’oeil au lecteur ou, plus savamment, une allusion intertextuelle, avec une mini-citation de La Fontaine, celle-ci renvoyant à Esope, auteur peut-être actuellement trop négligé par les hellénistes eux-mêmes. Mais il est bien présent dans des éditions pour enfants en de nombreuses langues qui offrent parfois de magnifiques illustrations. Et à présent, c’est Raymond Queneau qui est réemployé, car dans son savoureux roman « Zazie dans le métro », le perroquet Laverdure dit à plusieurs reprises: « Tu causes, tu causes, c’est tout ce que tu sais faire ». Parfois, la parole n’est que du blabla sans importance, mais suivant le contenu elle peut aussi pousser à l’action ou à la réflexion.

    En raison de la guerre, la pièce d’Aristophane « Lysistrata » redevient d’actualité: dans cette pièce, les femmes en ont vraiment « marre » de la guerre et elles décident de faire la grève du sexe pour pousser les Athéniens et les Lacédémoniens à se réconcilier. C’est très amusant et il existe une traduction, qui est une « belle infidèle », du GTA ou Groupe de Théâtre Antique de Neuchâtel en Suisse: https://unine.ch/gta/groupedetheatreantique. Cette traduction est assez près du texte, mais avec des inventions audacieuses des traducteurs.

    J’aime

Répondre à Christine Müller Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s