Le retour du loooouuuup

Le loup fait de nouveau parler de lui en Valais. Faut-il l’abattre ou tenter la cohabitation ?

Quatorze moutons tués en Valais : le loup est un féroce carnassier. Il y a cinq ans, j’ai déjà évoqué le sujet avec une histoire de berger antique déguisé en loup. Entre-temps, nos loups helvétiques ne se sont pas calmés : ils ont continué à décimer les troupeaux, au grand dam des bergers d’aujourd’hui, et l’on évoque à nouveau la possibilité de tirer sur ces vandales sanguinaires. Alors, pour calmer les ardeurs des chasseurs valaisans, essayons de leur raconter une petite histoire, dans laquelle on verra que le loup, une fois de plus, n’est pas celui que l’on croyait.

La scène est tirée d’une tragédie attribuée – à tort – à Euripide, le Rhésos. Elle tire son titre d’un roi thrace, Rhésos, qui était venu donner un coup de main aux Troyens, assiégés par une coalition achéenne. Les Thraces ont été accueillis par Hector, fils de Priam.

Tandis que Rhésos et ses soldats dorment, Ulysse et Diomède lancent un raid de nuit contre le camp des Thraces. Profitant de l’obscurité, ils tuent de nombreux hommes et repartent avec les juments et le char de Rhésos, tels des voyous qui auraient cambriolé une villa et tué les occupants avant de s’enfuir dans la Porsche du propriétaire.

C’est le cocher de Rhésos qui raconte ce qui s’est passé :

« Hector nous avait désigné nos places pour la nuit et nous avait distribué le mot de passe. Vaincus par une écrasante fatigue, nous dormions. Il n’y avait pas de garde de nuit pour les troupes, les armes n’étaient pas alignées en bon ordre, et l’aiguillon à chevaux n’était pas placé près du joug des chevaux : en effet, notre roi avait entendu que vous aviez pris l’avantage et que vous menaciez déjà les proues des navires [achéens]. C’est pourquoi nous étions couchés sans précautions.

Mais moi, tiré du sommeil par un zèle qui me tient éveillé, je mesure d’une main généreuse du fourrage pour mes chevaux, car je devrai les atteler le matin pour engager un rude combat. Or voici que j’aperçois deux individus qui rôdent autour de notre armée, dans les profondeurs de la nuit. Dès que je bouge, ils prennent peur et se retirent. Je leur crie de ne pas s’approcher de l’armée – je les avais pris pour des alliés en quête de maraude. Ils ne répondent rien ; et je ne réponds pas davantage, mais je retourne me coucher.

Tandis que je dormais, j’eus alors une vision. Les juments dont j’avais le soin, et que je conduisais aux côtés de Rhésos, je les vis assaillies par des loups qui grimpaient sur leur croupe. Frappant de leur queue les flancs des juments, ils les mirent en mouvement, et elles renâclaient de leurs naseaux, soufflant furieusement et se cabrant sous l’effet de la peur.

Alors moi, je sors de mon sommeil pour défendre les juments contre les bêtes ; car la terreur qui m’a assailli pendant la nuit m’a rendu agité. Je soulève la tête et j’entends un gémissement de mourants. Un jet chaud m’atteint : c’est mon maître qu’on égorge ; il meurt dans la souffrance en répandant son sang. Je me relève, je bondis, mais je n’ai pas d’arme sous la main ; tandis que je cherche du regard une lance, que j’essaie d’en attraper une, je reçois un coup d’épée au flanc, porté par un homme vigoureux. Le coup vient clairement d’un glaive, la blessure a laissé un sillon profond. Je tombe la tête la première. Quant aux agresseurs, ils s’emparent de l’attelage et s’enfuient avec les juments. »

Euripide, Rhésos 762-798

Dans un demi-sommeil, le cocher a cru voir des silhouettes qui rappellent des loups. En fait, Ulysse et Diomède sont venus dans l’obscurité, couverts de peaux de loups pour se camoufler. Le brave cocher ne saisit pas tout de suite ce qui lui arrive, et quand il reçoit un coup d’épée, il est trop tard pour empêcher les deux Achéens de repartir avec le char de Rhésos. Je vous l’avais dit : le loup n’est pas toujours celui que l’on croyait ; parfois le loup est un homme.

Les larmes des héros

Men_running_in_a_chariot_race_at_the_Piha_Surf_Club_carnival,_ca_1938Ronaldo à terre, en larmes, le genou blessé. Un héros pleure-t-il ?

On n’oubliera pas de sitôt les images d’un Cristiano Ronaldo à terre, versant des larmes de frustration sur un genou abîmé par un choc violent avec un adversaire. La finale de l’Eurofoot 2016 a certes manqué de vivacité. Cependant le drame ronaldien, suivi de la réaction de fierté des Portugais face à des Français soudain dépourvus de leur énergie initiale, aura apporté une touche humaine à une partie qui menaçait de s’enliser.

On a aussi beaucoup parlé d’un papillon venu consoler Ronaldo, se posant sur son visage pour sécher ses larmes.

Mais au fait, un héros de la trempe de Ronaldo, connu pour son arrogance, a-t-il le droit de pleurer ? Sans doute : c’est précisément le caractère excessif du personnage qui lui donne son relief particulier. Les héros de l’épopée pleuraient aussi de chagrin, de rage, de frustration et d’humiliation.

Retour sur une autre compétition sportive, les jeux funèbres en l’honneur de Patrocle, au chant 23 de l’Iliade. Patrocle est mort, son fidèle compagnon Achille est partagé entre le désespoir et la colère – il verse quelques hectolitres de larmes à l’occasion – puis il décide de célébrer la mémoire du disparu en mettant sur pied des jeux athlétiques : course de char, boxe, course à pied. Pour les prix, on ne se contente pas de médailles, mais Achille offre des trépieds, du bronze ou encore des femmes.

La course de chars donne lieu à un duel particulièrement serré entre les concurrents de tête. Sur les cinq cochers, Diomède et Eumélos ont pris la tête et luttent pour la première place :

« Et voici qu’Eumélos aurait dépassé Diomède, ou du moins il lui aurait disputé la victoire, si Phoibos Apollon ne s’était pas irrité contre le fils de Tydée [Diomède] : il lui arracha des mains son fouet brillant. Dépité, Diomède laissa couler des larmes de ses yeux, parce qu’il voyait ses juments aller encore plus vite, mais elles se faisaient mal en courant sans aiguillon.

Athéna se rendit compte qu’Apollon apportait une aide illicite au fils de Tydée. Elle s’élança au secours du conducteur de troupes [Diomède] et lui remit un fouet, tout en redonnant de la vigueur aux juments.

Puis, en colère, elle se dirigea vers le fils d’Admète [Eumélos]. La déesse brisa le joug de son attelage ; les juments filèrent de part et d’autre de la piste, tandis que le timon tombait à terre. Quant à Eumélos, il culbuta hors du char et heurta une roue, s’éraflant les coudes, la bouche et le nez, puis se cognant le front, au-dessus des sourcils. Ses yeux s’emplirent de larmes, et il en perdit la voix vigoureuse.

Le fils de Tydée le contourna, contrôlant ses chevaux aux lourds sabots, et s’élança pour prendre une avance décisive sur les autres. »

[voir Homère, Iliade 23.382-399]

Tydée remporte donc la victoire, laissant Eumélos pleurer sur sa malchance. On reconnaît derrière ce coup du sort une manœuvre de la déesse Athéna.

ronaldo1bw.jpgHeureusement pour les héros, le sport peut aussi donner à rire. On peut espérer que, une fois la victoire portugaise pleinement savourée, Cristiano Ronaldo parviendra à porter un regard moins triste sur sa sortie de piste. Il pourra se souvenir de la mémorable glissade d’Ajax alors qu’il est sur le point de ravir la victoire à Ulysse dans la course à pied. Le premier prix consiste en un cratère précieux, vase magnifique ; pour le second, ce sera une vache. Les deux coureurs sont au coude à coude lorsqu’Ulysse demande un petit coup de pouce à Athéna (encore elle !).

« Comme ils approchaient de la fin du parcours, voici qu’Ulysse appela la déesse aux yeux pers, Athéna, à son secours, priant en son for intérieur : ‘Écoute-moi, déesse, apporte ton secours bienveillant à mes jambes !’

Pallas Athéna entendit ses prières et rendit ses membres rapides, aussi bien les pieds que ses mains au-dessus. Et comme ils étaient tous deux à un doigt de se saisir des prix, Ajax glissa dans sa course – mis en difficulté par Athéna – sur les bouses des vaches mugissantes que l’on avait sacrifiées, celles-là mêmes qu’Achille aux pieds rapides avait tuées en l’honneur de Patrocle. La bouche et le nez d’Ajax se remplirent de bouse.

L’endurant Ulysse, arrivé le premier, s’empara du cratère ; quant au brillant Ajax, il saisit la vache. Mais voilà qu’il se retrouva avec la corne de la vache rustique dans la main, crachant encore de la bouse ! Il s’adressa alors aux Argiens : ‘Aïe ! C’est la déesse qui a entravé mes pieds ! Depuis toujours, elle se tient à côté d’Ulysse comme si elle était sa maman, et maintenant aussi elle lui donne un coup de main.’

Tout le monde rigola gentiment de ce qui lui était arrivé. »

[voir Homère, Iliade 23.768-784]

Alors, les héros doivent-ils pleurer ou rire ? Les deux, mon général ! Il y a un moment pour pleurer, et Ronaldo Cristiano avait bien le droit de laisser éclater son dépit. Ensuite, il faut savoir aussi rire de sa mésaventure.

[images:

Leicester aidé par la prière d’un moine bouddhiste : ça doit marcher

monkLe club de football de Leicester obtient une victoires inespérée grâce aux prières d’un moine bouddhiste. Si l’on en juge par l’ancienneté du procédé, ça doit marcher.

Le club de football de Leicester étonne ses fans pour au moins deux raisons. Tout d’abord, cette équipe à la réputation plutôt modeste s’est hissée vers les sommets du classement, ce qui ne peut que nous réjouir : on adore toujours la victoire d’un David contre Goliath. Mais la surprise vient surtout du fait que ce club a obtenu une aide insolite grâce aux prières fournies par un moine bouddhiste, qui a prié de 2h à 4h du matin.

L’équipe appartient en effet à un richissime homme d’affaires thaïlandais. Celui-ci n’a pas hésité à revendiquer pour les joueurs britanniques la protection des puissances extrême-orientales.

On peut évidemment douter du rapport de cause à effet entre ces prières offertes et les victoires obtenues en retour. Quoi qu’on en pense, ce modèle explicatif un peu sommaire fascine les foules et met en relief une équipe qui n’aurait, autrement, que peu d’atouts à faire valoir. Nuls en sciences, les footballeurs de Leicester sont en revanche des as de la communication.

Le procédé consistant à demander la protection des dieux pour remporter une victoire remonte à des temps immémoriaux. On pourrait affirmer que le plus vieux métier du monde, ce n’est pas celui que vous croyez, mais bien celui de prêtre. Et si les prêtres sont des professionnels de la prière, les particuliers ont aussi su profiter de certains arrangements avec les dieux, selon le principe bien établi : do ut des, ‘je donne pour que tu donnes’. Autrement dit, l’homme fait une offrande, et il attend une faveur de la divinité en retour. Il peut s’agir d’une offrande matérielle, ou plus simplement d’une supplication.

Dans la plaine de Troie, où les Grecs et les Troyens ont passé neuf ans à s’entretuer, le procédé était assez commun, comme en témoigne Homère dans l’Iliade. À titre d’exemple concret, voici la prière que Diomède, l’un des meilleurs soldats grecs, adresse à Athéna pour qu’elle lui donne un petit coup de main dans une situation difficile :

« C’est alors que le brave Diomède éleva la voix :

‘Écoute-moi, Atrytone [Athéna], fille de Zeus qui porte l’égide : dans le passé tu as prêté de bon cœur ton secours à moi et à mon père lorsque nous combattions ; maintenant à nouveau, Athéna, sois-moi favorable. Accorde-moi de battre mon adversaire et de le faire venir dans la trajectoire de ma lance. C’est lui qui a commencé par m’en lancer une, et il s’en vante ! En plus, il prétend que je ne verrai plus longtemps la lumière brillante du soleil.’

Sur ces mots de Diomède, Pallas Athéna l’entendit : elle rendit ses membres agiles, aussi bien ses pieds que ses mains au-dessus. Elle se tint près de lui et lui adressa ces paroles ailées :

‘Sois confiant maintenant, Diomède, pour combattre les Troyens : car j’ai insufflé dans ta poitrine l’ardeur intrépide de ton père Tydée, un écuyer qui savait tenir son bouclier ! Le voile qui recouvrait ta vue auparavant, je l’ai retiré, pour que tu distingues bien un dieu d’un homme. Maintenant donc, si un dieu s’approche pour te mettre à l’épreuve, ne va pas t’opposer à lui, quel qu’il soit. Ce n’est que si Aphrodite, la fille de Zeus, s’engage dans le combat qu’il te faut la blesser de la pointe de ton arme d’airain.’ »

[voir Homère, Iliade 5.114-132]

Quand je vous disais que ça marche… Diomède a adressé sa supplication à Athéna, elle lui a répondu favorablement, et – fait exceptionnel – elle lui a même donné le feu vert pour égratigner la peau de la belle Aphrodite. Si les prières de Diomède ont eu un tel effet, pourquoi un moine bouddhiste ne pourrait-il pas obtenir la victoire d’une équipe de foot britannique ?

[image : l’enthousiasme des moines bouddhistes thaïlandais pour le football ne connaît aucune limite d’âge]