La naissance de Jésus et la paperasse administrative

papyrus_apographePour des raisons administratives, la naissance de Jésus se serait produite à Bethléem : Joseph et Marie devaient s’y rendre et se soumettre au recensement de la population. Nous possédons des documents qui nous éclairent sur la procédure.

Noël approche et, comme chaque année, on se demande quelle est la portée de l’événement : rite religieux, manière de faire passer l’hiver, opération commerciale, prétexte à des querelles familiales ?

Si l’on revient au récit de ce que l’on pourrait appeler le mythe fondateur, on constate que la naissance de Jésus a été marquée par une décision de caractère administratif. Il s’agissait en effet de faire le recensement de la population de l’Empire romain. Joseph et Marie ont dû regagner leur lieu d’origine – Bethléem – pour régler un problème de paperasse. Les longs déplacements conviennent mal aux femmes enceintes et ce qui devait arriver arriva : Marie fut prise des douleurs de l’accouchement. Les hôtels étaient pleins, on se rabattit donc vers une étable; on en a parlé encore pendant deux millénaires après l’événement.

Mais regardons de plus près comment l’Évangéliste Luc raconte la chose :

« C’est à ce moment que fut promulgué un décret émanant de César Auguste : tous les habitants de l’Empire devaient se faire enregistrer. Ce recensement eut lieu pour la première fois alors que Quirinius était préfet de la province de Syrie. Tout le monde se mit en route pour se faire enregistrer, chacun dans son lieu d’origine. Joseph partit donc de Galilée, de la cité de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la cité de David que l’on appelle Bethléem – il était en effet de la famille et de la descendance de David – pour être enregistré avec Marie (sa promise, qui était enceinte). »

[voir Évangile selon Luc 2.1-5]

C’est donc pour remplir une déclaration administrative que Joseph et Marie se sont rendus à Bethléem. De quoi s’agit-il plus précisément ? Chaque quatorzième année, les empereurs procédaient à un recensement général de la population, ce qui leur permettait de prélever un impôt sur tous leurs sujets. Le rythme de quatorze ans implique que, avant leur quatorzième année, les individus étaient exemptés de l’impôt ; une fois cet âge atteint, on n’y coupait pas. L’administration impériale était d’une efficacité redoutable, ce qui pourrait expliquer pourquoi Joseph et Marie ont fait le voyage malgré l’état avancé de la grossesse de Marie. Les historiens vous diront que, en l’an 1, il n’y a pas eu de recensement général de la population de l’Empire. Il faudra se faire à l’idée que, dans son récit, Luc a un peu embrouillé les choses ; disons que, si Jésus est bien né lors du recensement, c’était probablement quelques années après l’an 1.

Ces déclarations de recensement ont laissé des traces très concrètes parmi les témoignages que nous possédons sur cette époque. Il s’agit de déclarations originales, rédigées en grec en Égypte romaine, et retrouvées dans le sable au XIXe siècle. On en trouve les premiers spécimens autour de l’an 12 ap. J.-C., et les derniers datent de l’an 257.

Voici l’un de ces documents, rédigé en l’an 12 dans un petit village de Moyenne Égypte :

« À Isidoros, scribe du village de Théadelphie, de la part de Harthotès fils de Marès, paysan cultivant de la terre publique et prêtre du dieu Tothoès. Je possède une maison à Théadelphie dans l’enceinte du sanctuaire. [Ses habitants sont :] moi Harthotès, ayant pour mère Esersythis, âgé de 55 ans ; mon fils Harpatothoès, âgé de 9 ans, ayant pour mère Taanchoriphis ; ma mère Esersythis, fille de Pasion, âgée de 70 ans. Moi, Harthotès sus-mentionné, je jure par l’Empereur César, Zeus Eleutherios fils d’un dieu, Auguste, que c’est en pleine possession de mes facultés que je soumets la présente déclaration, sans rien omettre. Si mon serment est véridique, que tout se passe bien ; et si je me parjure, que ce soit le contraire. [Identité :] Harthotès fils de Marès, sus-mentionné, âgé de 55 ans, avec un grain de beauté sur la cuisse gauche ; Harpatothoès, âgé de 9 ans. Affaire traitée la 41e année de César [Auguste]. le 26 du mois [égyptien] de Tybi. »

À peu de choses près, ce document correspond à ce que Joseph a dû faire remplir à Bethléem, au nom de lui-même et de sa fiancée, alors que cette dernière était sur le point d’accoucher. On comprend aisément pourquoi la déclaration de recensement de Joseph et de sa famille n’a pas été conservée : ils avaient sans doute d’autres soucis plus pressants. Dans sa situation, Joseph a dû peu apprécier de devoir faire la queue dans un bureau de recensement pour se faire dévisager par un scribe chargé d’établir son identité.

Joyeux Noël tout de même, et que la paperasse ne soit pas trop lourde pour vous en 2016.

[image : déclaration de recensement. Papyrus de Milan, P.Med. I 3, provenant de Théadelphie (Moyenne Égypte), janvier de l’an 12 ap. J.-C.]

Une réflexion sur “La naissance de Jésus et la paperasse administrative

  1. Il est vrai que Noël est aussi un moment difficile dans notre société et que les « psys » sont en alerte autour de cette date du 25 décembre: psychologues, psychothérapeutes et psychiatres doivent soutenir bien des personnes pour qui Noël n’est pas un « joyeux Noël ». Mais chacun, s’il le souhaite, peut faire quelque chose pour une personne plus en détresse que lui ce jour-là et c’est cela qui donne du sens à Noël. Quantité de beaux récits de Noël vont dans ce sens: s’ouvrir, faire passer un peu de soi, être généreux…

    Ce qui me plaît dans cette fête, c’est qu’un bébé en est le centre. C’est certainement que, du temps où les Evangiles ont été écrits, on devait avoir le sens qu’une naissance est quelque chose d’important. Or, il paraît qu’il y a cent ans, on racontait au contraire aux mères que le nouveau-né n’était qu’un « tube digestif », ne sachant que téter et dormir, aveugle et sourd à la fois. Cette façon de considérer le nourrisson devait être très vexante pour les femmes qui y ont cru, car il n’est pas valorisant de s’occuper d’une telle sorte de « légume » dépourvu de sentiments et d’intelligence. Cependant, on peut supposer aussi que bien des femmes ne connaissaient pas cette idée ou que, si elles la connaissaient, elles n’y accordaient pas vraiment d’importance. Il a fallu des pédiatres comme le Dr. Françoise Dolto ou le Dr. Brazelton pour montrer, au 20ème siècle, que le très petit enfant est déjà un être de relations et interagit avec ses parents beaucoup plus tôt qu’on ne le pensait. Ceci rend plus intéressants les très jeunes enfants, puisqu’il n’est donc pas stupide de s’occuper d’eux. Selon moi, l’histoire de la naissance de Jésus montre qu’il y a plus de 2000 ans, Luc ou Matthieu ou leur entourage savaient déjà qu’un bébé peut être une personne, connaissance qui s’est perdue entre-temps, mais qui nous est revenue ces dernières décennies.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s